keyvisual
 
 

Formation et parcours

Diplômée de l'Ecole polytechnique, de l’Ecole nationale des ponts et chaussées et du MIT, Michèle Cyna dispose d'une forte expérience du secteur des transports et de l'équipement. Elle a ainsi occupé des postes à responsabilités au sein du centre d'études des transports urbains, de la DDE de Seine-et-Marne et de l'EPA de Marne la Vallée (77). En 1992, elle prend le poste d'ingénieur transport à la Banque mondiale à Washington. Elle rentre en France deux ans plus tard pour prendre la direction de la formation continue de l'Ecole nationale des Ponts et Chaussées, poste qu'elle occupera pendant cinq ans. En 1999, elle est nommée à la direction des techniques et de la promotion d'Eurovia avant de devenir 8 ans plus tard directrice aux affaires internationales de Veolia Transdev. En 2013, elle rejoint le bureau d'études BURGEAP au poste de Présidente-directrice générale.

Sa carrière chez BURGEAP

En janvier 2013, Michèle Cyna est recrutée pour être Présidente-directrice générale du groupe BURGEAP. Son expérience reconnue dans les infrastructures, la mobilité, l’énergie, la préservation de l’environnement et le développement durable, est un atout pour renforcer la performance de BURGEAP sur un marché de la ville durable et des industries écoresponsables en pleine mutation et développer une approche intégrée de l’ingénierie.

Un engagement de chaque instant

Après avoir présidé Sciences ParisTech au féminin et siégé au bureau de Grandes écoles au féminin (GEF), Michèle Cyna est actuellement présidente de Ponts Alliance, l’association des anciens élèves de l’Ecole des ponts. Elle est également présidente de la commission géothermie du Syndicat des énergies renouvelables (SER).

Une anecdote au sein de la Société

Lors d’une présentation de BURGEAP à une entreprise de travaux publics où j’allais accompagnée de 2 experts de BURGEAP, je démarre la réunion en demandant à nos clients potentiels s’ils connaissent BURGEAP. Notre interlocuteur nous raconte alors l’anecdote suivante : « il y a de nombreuses années, dans la ZAC X, un liquide jaune fluo est apparu au fond de la fouille que nous creusions un 26 décembre. J’étais affolé mais l’ingénieur de BURGEAP auquel nous avons fait appel m’a tout de suite rassuré en m’expliquant au premier coup d’œil qu’il s’agissait de Chrome dont la pollution se traitait ». Gérard Monnier, un des 2 experts qui m’accompagnaient, demande alors le nom du terrain et, après la réponse, indique : « l’ingénieur, c’était moi ».